Photo of the Month: The Mountain is my Master

(vean al pie de página para la versión en español – voyez plus bas pour la version française)

In spite of having trained for it and thinking we were ready to go, once more, Mt Blanc denied itself to us.  This week, the weather forecast went from sunny and warm, even in the higher elevations, to windy, snowy and cold.
Even though it took a toll on our morale, we decided to change our plans with the help and advice of our guide and went another way; instead of climbing Mt Blanc, we’d head to the Italian side and climb part of Mt Rose mountain range – the Alps’ second highest.

From the refuge Citta di Mantova (11.483 ft.), we planned to climb Vincent Pyramid (13.829 ft.), towards the Refuge Margarita (Europe’s highest at 14.941 ft.) and then up ahead to Zumstein peak (14.971 ft. – subpeak of Mt Rose).

We left at 4:30 am, with sunrise upon us and skies devoid of any clouds – instead, there would be a lot of wind.  Despite being June 30th, the temperatures and weather up there were freezing below zero.  Halfway up our first stop, the cold was so fierce it just froze our hands and feet, thus annihilating all our willpower.  I wished we’d go on, hoping the effort would warm us up, but Ethel didn’t think it’d work out for her.  The sun rising could have helped once up on the ridge but it was without counting on the wind to take up again.

So, we turned back and went back to the refuge.

The mountain always teaches you.  If we couldn’t go on Friday, we wouldn’t have made it up Mt Blanc: the weather there would have been even fiercer (there would have been 20 inches of new snow after these past days’ snowfalls preventing us from hiking correctly; we would have had to make the first track in it, in temperatures as low as -40°F accompanied by gusts of wind) and would have left us with no other choice but turn back down too.

Now we know…. You might be physically and mentally ready, the mountain and the weather will always have the last word.  I am obviously very disappointed and saddened by this downfall but I’m ready to learn from it: first, we need better gear!  Those warming socks and gloves need to be on my birthday and Christmas lists.  Second, we need to climb other peaks to get ready and test the gear on our resolve – because when you’re geared up, nothing can stop you but yourself!

Then, we’ll be able to cast our eyes and heart on Mt Blanc again.

What was your worst downfall? What did you learn from it?

(This is my last post of the season.  It is now time to stick with friends and family during this French summer.  Adventures, discoveries and lovely moments will be shared later, surely when my feet are deep in the sand on another beach in Mexico late September again. 😉 See you then!)

[Español]

A pesar de nuestro entrenamiento y de estar listas para nuestra subida al Mt Blanc, ese de nuevo se negó.  Esta semana, el clima cambió de bueno, caliente y soleado, en las alturas también, a frío con nieve y viento.  Aunque nuestro moral lo tomó a mal, decidimos de cambiar de planes, con los consejos y la ayuda de nuestro guía y nos dirigimos hacia otra ascención: en vez de subir el Mt Blanc, nos fuimos del lado italiano para subir una parte del Mt Rose – la segunda cadena de montañas más altas de los Alpes.

Desde el refugio Citta di Mantova (3.500 m.), pensamos subir hacia la Pirámide de Vincent (4.215 m.), el refugio Margarita (el más alto de Europa a 4.554 m.) y dirigirnos hacia el Pico de Zumstein (4.563m. – pico justo debajo del Mt Rose).

Salimos a las 4:30 a.m., bajo un cielo sin nubes, con el amanecer cerca y solo los vientos para detenernos.  El 30 de junio en las montañas, el invierno todavía reina, con temperaturas bajo cero.  De hecho, es el frío que nos hizo parar a la mitad de nuestra subida, por tener las manos y los pies congelados.  Imposible pensar en seguir adelante en esas condiciones, aunque quise empujarnos con la idea de que el esfuerzo nos ayudaría a calentarnos, pero Ethel no pensó que funcionaría para ella.  El sol hubiera podido ayudar también una vez alcanzada la cornisa, pero solo si los vientos dejaban de soplar, lo que no era tan seguro.

Así que dimos la vuelta y volvimos al refugio.

La montaña siempre nos enseña.  Si no pudimos seguir adelante ese viernes, no hubieramos podido subir el Mt Blanc tampoco: el clima arriba del techo de Europa anunciaba muy malas condiciones (más de 50 cms de nieve fresca después de esos últimos días que nos hubieran impedido caminar correctamente; hubieramos tenido que hacer la primera traza en la nieve, en temperaturas hacia -40°C entre ráfagas de viento), cuales nos hubieran hecho dar la vuelta también.

Ahora sabemos…  A pesar de estar listo física y mentalmente, la montaña y el clima siempre deciden para nosotros.  Por supuesto, estoy muy decepcionada y triste de este fracaso pero quiero aprender de ello: primero, ¡necesitamos mejor equipo!  Esos calcetines y guantes con calefacción estarán en mis listas de regalos para mi cumpleaños y Navidad.  Segundo, tenemos que entrenarnos a subir otros picos y poner a prubea nuestra determinación con el nuevo equipo – porque una vez que estamos bien equipados, ¡el único obstáculo es nosotros mismos!

Por fin, podremos dirigir nuestra mirada y nuestro corazón de vuelta hacia el Mt Blanc.

¿Qué fue su fracaso más grande?  Cuáles lecciones aprendieron de él?

(Ese fue mi último artículo de la temporada.  Ahora, es hora de disfrutar de los amigos y de la familia durante este verano francés.  Como hice los años pasados, compartiré las aventuras, descubriemientos y momentos hermosos más tarde, seguramente cuando tengo los pies en la arena en otra playa de México a finales de septiembre. 😉 Nos vemos más tarde!)

[Français]

Malgré notre entraînement et le fait d’être prêtes pour l’ascension, le Mt Blanc nous a de nouveau refusées.  Cette semaine, la météo est passée de chaud et ensoleillé, y compris en altitude, à du vent, de la neige et du froid.  Même si notre moral en a pris un coup, on a décidé de changer nos plans sur les conseils de notre guide et nous nous sommes dirigées vers une autre ascension; au lieu de grimper le Mt Blanc, nous sommes allées du côté italien pour grimper une partie du Mt Rose, la deuxième chaîne de montagnes la plus élevées des Alpes.

Depuis le refuge Citta di Mantova (3.500 m.), nous pensions grimper vers la Pyramide de Vincent (4.215 m.), le refuge Margarita (le plus haut d’Europe à 4.554 m.) et nous diriger vers le Pic de Zumstein (4.563m. – pic juste en-dessous du Mt Rose).

Parties à 4h30 du matin, avec un ciel dégagé et le lever du soleil à quelques minutes de nous éblouir, c’est le vent qui allait être le plus dur à gérer.  Le 30 juin en montagne, c’est plutôt l’hiver qui règne ici, avec des températures en-dessous de zéro.  C’est d’ailleurs le froid qui, à près de la moitié de l’ascension, a gelé nos mains et nos pieds et a complètement eu raison de notre volonté de continuer.  J’ai voulu nous pousser en avant quand même, pensant que l’effort nous réchaufferait mais Ethel a pensé que ça ne marcherait pas pour elle.  Le soleil aurait pu nous aider sur la corniche, si le vent ne s’en mêlait pas, ce qui n’avait rien de sûr.

Nous avons donc fait demi-tour et sommes rentrés au refuge.

La montagne nous enseigne toujours.  Si on n’a pas pu continuer ce vendredi, nous n’aurions pas atteint le sommet du Mt Blanc non plus: la météo sur le toit de l’Europe était d’autant plus mauvaise cette semaine (il y aurait eu 50 cms de plus sur les traces, après les chutes de neige de ces derniers jours, qui nous auraient empêché de nous déplacer correctement; il aurait fallu faire la trace en premier, sous des températures allant jusqu’à -40°C au milieu de rafales de vent), ce qui nous aurait également poussés à faire demi-tour.

Maintenant on sait…  On a beau être prêt mentalement et physiquement, la montagne et la météo auront toujours le dernier mot.  Je suis bien sûr très déçue et triste de cet échec mais je suis prête à en apprendre les leçons: d’abord, il nous faut du meilleur matériel!  Ces chaussettes et gants chauffants seront sur mes listes de cadeaux d’anniversaire et de Noël.  Ensuite, il faut que nous nous entraînions à grimper d’autres sommets et testions notre détermination avec ce nouveau matériel – parce qu’une fois bien équipé, il n’y a plus rien pour vous arrêter à part vous-même!

Ensuite, nous pourrons de nouveau tourner notre regard et notre cœur vers le Mt Blanc.

Quel a été votre plus grand échec?  Quelles leçons en avez-vous tiré?

(Cet article est le dernier de la saison.  Il est maintenant temps de profiter des amis et de la famille pendant cet été français.  Comme d’habitude, je partagerai les aventures, découvertes et bons moments plus tard, certainement une fois que j’aurai de nouveau les pieds dans le sable sur une nouvelle plage mexicaine fin septembre. 😉 A plus!)

21 commentaires sur “Photo of the Month: The Mountain is my Master

  1. Nature keeps us so humble, right? Sorry to hear that it didn’t work out this time, but that only means you’ll be even more prepared at the next opportunity. Have a wonderful time in France with family and friends this summer! x

  2. Aïe, croie-moi, je suis tellement navrée pour vous! J’ai su pour la météo, nous avons eu le même problème entre le 25 et le 30 juin. Nous avons parcouru les trois dernières étapes de la Via Francigena en Suisse ver le Col du Grand Saint-Bernard, puis ponctuellement le Col de la Gemmi dans le Haut Valais et notre plus grand pari était la météo. Nous avons eu de la pluie et du vent et surtout du brouillard, comme toi, nous sommes passés d’une semaine avec plus de 30 dégrées et soleil brûlant à une météo capricieuse et peu fiable (du coup je n’ai pas pu m’empêcher de partager sur instagram les plus belles éclaircies!). C’est bien ce que tu dis, ce sont les montagnes qui auront toujours le dernier mot. Et puis, pour vous, la troisième fois est toujours la bonne, non? Vivement l’année prochaine 😉 . Je suis persuadée que vous l’aurez!

    1. Je relis certains articles et commentaires et revois avec un un clin d’oeil ta mention de la Voie Francigena. Je ne la connaissais pas jusqu’à il y a quelques jours avec une publication de la Fédération Française de Randonnée sur facebook… et ça m’a donné envie de marcher!!!! Surtout quand je lis 1.000 kms entre l’Angleterre et l’Italie…
      Une prochaine rando au long cours…
      Peut-être m’accompagneras-tu dans ce défi-là car cette fois, c’est toi qui m’aura envoyé un signe…

      1. En effet, j’ai fait une étape en Italie il y a 4 ans près de Parme et puis la Suisse fin juin. Gros coup de ❤️! Les paysages les plus beaux traversent la Suisse. C’est la voie qui relié Canterbury à Rome, tombée dans l’oubli il y a quelques années, il semblerait qu’elle revienne à la mode. On a refait la signalisation. Un nouveau défi ensemble, bien sûr! Sauf que le budget n’est pas celui de l’Espagne…

    2. Je relis certains articles et commentaires et revois avec un un clin d’oeil tà mention de la Voie Francigena. Je ne la connaissais pas jusqu’à il y a quelques jours avec une publication de la Fédération Française de Randonnée sur facebook… et ça m’a donné envie de marcher!!!! Surtout quand je lis 1.000 kms entre l’Angleterre et l’Italie…
      Une prochaine rando au long cours…
      Peut-être m’accompagneras-tu dans ce défi-là car cette fois, c’est toi qui m’aura envoyé un signe…

  3. I’ve been across Pont Mont Blanc in Geneva, does that count 🙂 Have a great summer Juls and looking forward to reading your amazing posts later in the year.

Parlons-en!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.